• Pierre Jean Villa
  • Pierre Jean Villa vigne
  • Pierre Jean Villa vigne
  • Pierre Jean Villa cave
Chez les Villa, en Espagne ou en France, on a toujours travaillé la terre. Pierre-Jean n'a jamais hérité de vignes mais il a fait les vendanges,
visité des caves, goûté des vins, tracé les routes des vignobles avec ses copains vignerons.

1992 : c'est le grand saut pour la Bourgogne et ses domaines prestigieux, Mommessin, Clos de Tart…
Pierre-Jean Villa suit le vin, de la production à la commercialisation.

2003 : Pierre-Jean Villa, revient sur ses terres d'enfance et rejoint le trio des Vins de Vienne. Il en est le gardien du temple jusqu'en 2009.

2009 : Pierre-Jean Villa crée son domaine au cœur du Rhône septentrional et commence sa nouvelle vie de vigneron 100 % indépendant.
Dans le même temps, il crée avec Olivier Decelle, célèbre vigneron, propriétaire du Mas Amiel à Maury et du Château Jean Faure
à Saint-Émilion, un autre domaine à Nuits-Saint-Georges en Bourgogne où il retrouve toute l'émotion de travailler le pinot noir et le chardonnay.
Les vignes
Un grand vin naît exclusivement d'une terre et d'un fruit respectés. Une évidence et une éthique de travail pour Pierre-Jean Villa.
Il ne lâche rien.

À la vigne, sa seule logique est de sauvegarder la vie des sols afin de produire des vins fidèles à leur terroir.
À la cave, il accompagne le raisin avec vinifications peu interventionniste : levures indigènes, respect du calendrier lunaire pour les travaux
de soutirage et de mise en bouteille.
Au final, le vin doit exprimer cet équilibre juste et délicat entre la typicité du terroir et l'éthique du vigneron.
Les vins
Télécharger la fiche technique Saint-Joseph Blanc « Saut de l'Ange »

Saut de l'Ange. Cuvée issue d'une petite parcelle de roussane en AOP Saint-Joseph, surplombant la cave. Les derniers ceps sont à quelques centimètres de la falaise qui plonge sur notre domaine et pourrait servir d'envol pour « un saut de l'ange »

Le terroir
Histoire  : Charlemagne appréciait particulièrement les vins de ces coteaux, appelés « Vins des Mauves », du nom du village situé au centre de l'appellation.
Au XVII° siècle, les Jésuites de Tournon leur donnent le nom de Saint-Joseph en hommage à l'époux de la Vierge Marie.
Géographie  : l'appellation couvre 1160 hectares sur 60 kilomètres de long. Sur la rive droite du Rhône, elle démarre au nord avec Chavanay pour se terminer à l'ouest de Valence. Elle s'étend sur 26 communes dont 23 en Ardèche et 3 dans la Loire.
Entre 1959 et 1969, les vignobles situés sur cette partie du Rhône ont été regroupés sous la même appellation Saint-Joseph.

Sols  : légers, composés de schistes et de gneiss sur socle granitique. Exposition Sud / Sud-Est.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Roussanne.
Âge des vignes  : les plus vieilles vignes ont 20 ans.
Densit é : de 5500 à 8500 pieds /ha.
Taille  : Guyot sur échalas et Cordon sur fils.

La cave
Vinification  : vendange entière versée directement caisse par caisse dans le pressoir. Débourbage à basse température durant 12 à 24 heures puis vinification en ½ muids de 500L avec contrôle de températures.
Élevage  : 12 mois en ½ muids de 500L. Soutirage et assemblage 6 semaines avant la mise en bouteille.

Le vin
Style  : « Roussanne finement exotique, atypique par sa vivacité, d'un grain frais et plein de croquant » ( RVF , 2011)
Télécharger la fiche technique Saint-Joseph Rouge « Préface »

Préface vient du latin prae  : avant et fari  : parler. Première cuvée du domaine, elle prépare celles qui vont suivre et invite à les découvrir.

Le terroir
Histoire  : Charlemagne appréciait particulièrement les vins de ces coteaux, appelés « Vins des Mauves », du nom du village situé au centre de l'appellation.Au XVII° siècle, les Jésuites de Tournon leur donnent le nom de Saint-Joseph en hommage à l'époux de la Vierge Marie.
Géographie  : l'appellation couvre 1160 hectares sur 60 kilomètres de long. Sur la rive droite du Rhône, elle démarre au nord avec Chavanay pour se terminer à l'ouest de Valence. Elle s'étend sur 26 communes dont 23 en Ardèche et 3 dans la Loire.
Entre 1959 et 1969, les vignobles situés sur cette partie du Rhône ont été regroupés sous la même appellation Saint-Joseph.
Sols  : légers, composés de schistes et de gneiss sur socle granitique. Exposition Sud / Sud-Est.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Syrah.
Âge des vignes  : environ 25 ans.
Densité : de 5500 à 9000 pieds /ha.
Taille  : cordon de Royat sur fils.

La cave
Vinification  : vendange éraflée. Passage sur table vibrante puis acheminée en cuve par tapis. Macération durant 20 jours.
Élevage  : 12 mois en fûts (2 vins et plus) et ½ muids de 500L. Soutirage et assemblage 6 semaines avant mise en bouteille.

Le vin
Style  : « Superbe ! Il exhale un nez subtil, racé avec du poivre fin et de la tourbe. La bouche est une caresse grace à des tanins élégants. De la haute couture. » (RVF, juin 2016)
Télécharger la fiche technique Saint-Joseph Rouge « Tildé »

Tildé est une référence directe à mes origines espagnoles. En forme de vague, cet accent souligne certains mots de ma langue natale. En vieux français, la tildé était une inscription, un marque qu'on apposait sur un objet. La cuvée Tildé est une signature de mon travail de vigneron.

Le terroir
Histoire  : Charlemagne appréciait particulièrement les vins de ces coteaux, appelés « Vins des Mauves », du nom du village situé au centre de l'appellation. Au XVII° siècle, les Jésuites de Tournon leur donnent le nom de Saint-Joseph en hommage à l'époux de la Vierge Marie. Géographie  : l'appellation couvre 1160 hectares sur 60 kilomètres de long. Sur la rive droite du Rhône, elle démarre au nord avec Chavanay pour se terminer à l'ouest de Valence. Elle s'étend sur 26 communes dont 23 en Ardèche et 3 dans la Loire.
Entre 1959 et 1969, les vignobles situés sur cette partie du Rhône ont été regroupés sous la même appellation Saint-Joseph.

Sols  : légers, composés de schistes et de gneiss sur socle granitique. Exposition Sud / Sud-Est.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Syrah.
Âge des vignes  : environ 40 ans.
Densité : de 5500 à 8500 pieds /ha.
Taille  : cordon de Royat sur fils.

La cave
Vinification  : vendange partiellement éraflée. Passage sur table vibrante puis acheminée en cuve par tapis. Macération durant 20 jours en cuve inox et ½ muids de 500l.
Élevage  : 24 mois en fûts et ½ muids de 500L. Soutirage et assemblage 6 semaines avant la mise en bouteille.

Le vin
Style  : « Les vieilles vignes lui apportent une rare profondeur. L’attaque est austère mais affiche de l’élégance. La bouche est portée par un minéral saisissant et des tanins de belle qualité. Grande bouteille ! » (RVF, juin 2016)
Télécharger la fiche technique Côte-Rôtie « Carmina »

Carmina Burana , la cantate composée par Carl Orff, associait la puissance du chœur, la pureté des voix, la complexité de la musique et la sensualité des chants. La couleur carmin symbolise la passion et la force.

Le terroir
Histoire  : Pline l'ancien et Plutarque célébraient les vins de ce vignoble sous le nom de « vin viennois ». Les premières références à la Côte-Rôtie remontent au VI° siècle. La réputation de ce vin n'a cessé de croître durant le Moyen-Âge et la Renaissance, jusqu'à le retrouver sur beaucoup de tables princières d'Europe. Le vignoble atteint son apogée en 1890. Le phylloxera et la Première Guerre mondiale le firent presque disparaître. Il renaît dans les années 1960 sous l'impulsion de vignerons entreprenants et convaincus du ptotentiel de l'appellation.L'appellation couvre 283 hectares en production. Elle s'étend au sud de Lyon sur la rive droite du Rhône et sur 3 communes : Saint-Cyr-sur-Rhône, Ampuis, Tupin-Semons.
Sols  : terrasses granitiques recouvertes de gneiss, d'argile et d'oxyde de fer.
Climat  : continental modéré, sec et chaud l'été, pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Syrah.
Âge des vignes  : environ 20 ans.
Densité : 10 000 pieds /ha.
Taille  : gobelet sur échalas.

La cave
Vinification  : vendange éraflée partiellement. Passage sur table vibrante puis acheminée en cuve par tapis. Macération durant 17 jours.
Élevage  : 24 mois en fûts et ½ muids de 500L. Soutirage et assemblage 6 semaines avant mise en bouteille.

Le vin
Style  : « Le nez est lardé, subtil. Le fruit sucre la bouche et apporte une texture enveloppée ponctuée par une minéralité longiligne » (RVF, juin 2016)
Télécharger la fiche technique IGP Collines Rhodaniennes « Esprit d'Antan »

Cette cuvée provient du vignoble de Seyssuel, qui fût un des premiers vignobles de la région de Vienne, planté par les romains. C'est un clin d'œil à ce vin d'autrefois.

Le terroir
Histoire  : Vienne, antique capitale des Allobroges fut conquise par les romains 60 ans avant la célèbre Guerre des Gaulles entreprise par Jules César. Elle devient rapidement une cité importante. Dès le II° siècle apr. J.-C., la vigne croît sur les collines de la ville. Pline l'Ancien cite en référence ce vignoble où pousse un plan appelé vitis allobrogica produisant des vins réputés jusqu'à Rome.

Sols  : coteaux de schistes et de quartz recouverts d'argile.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Syrah.
Âge des vignes  : environ 10 ans.
Taille  : cordon de Royat sur fils et gobelet sur échalas.
La cave
Vinification  : vendange éraflée. Passage sur table vibrante puis acheminée en cuve par tapis. Macération durant 20 jours en ½ muids de 500l.
Élevage  : 24 mois en ½ muids de 500L. Soutirage et assemblage 6 semaines avant mise en bouteille.

Le vin
Style  : « Le nez est discret, subtil et précis. L’approche du fruit est juste. La bouche lissée est d’une grande longueur. » (RVF, juin 2016)
Télécharger la fiche technique IGP Blanc « Primavera »

Primavera. Les arômes floraux évoquent les senteurs printanières et les fleurs tapissant les rangs de vigne. Primavera signifie printemps en espagnol.

Le terroir
Géographie  : l’IGP Collines Rhodaniennes couvre la totalité du Rhône septentrional, à proximité des différents crus. Situées tout près d’une parcelle du domaine en Saint-Joseph, ces vignes sont plantées à environ 350 m d’altitude, sur des terroirs de sables granitiques parfaitement adaptés aux cépages viognier et syrah.
Sols  : légers composés de gneiss, parfois de schistes sur un socle granitique. Exposition Sud/Sud–Est.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Viognier.
Âge des vignes  : environ 25 ans.
Densité : de 5 500 à 9 000 pieds /ha.
Taille  : cordon de royat sur fils.

La cave
Vinification  : vendange entière versée directement caisse par caisse dans le pressoir. Débourbage à basse température durant 12 à 24 heures puis vinification en ½ muids de 600 litres avec contrôle de températures.
Élevage  : 12 mois en ½ muids de 600 litres. Soutirage et assemblage 6 semaines avant la mise en bouteille.
Télécharger la fiche technique Condrieu « Jardin Suspendu »

Jardin Suspendu Après la Seconde Guerre mondiale, les terrasses surplombant le domaine servaient de jardin potager. Pommes de terre nouvelles, petits pois et autres légumes de saison agrémentaient ces coteaux. Ces « jardins suspendus » étaient très recherchés à cause de leur exposition (plein Sud). Ils permettaient d’obtenir des légumes précoces de grande qualité.

Le terroir
Histoire  : Condrieu était jadis célèbre pour ses mariniers qui naviguaient entre le Royaume et l’Empire. Au XVe siècle, le vin de Condrieu agrémentait les fêtes de la noblesse. Après la crise phylloxérique des années 1890, le vignoble a progressivement été replanté et Condrieu a été consacré AOC en 1940.
Géographie : l’appellation s’étend sur 7 communes et 3 départements : Rhône, Loire et Ardèche sur la rive droite du Rhône.
Sols  : coteaux granitiques abrupts. Sables peu profonds et caillouteux sur granites sombres à biotites ou granites clairs à muscovite.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Viognier.
Âge des vignes  : environ 15 ans.
Taille  : guyot sur échalas.
Densité : 8 900 pieds /ha.

La cave
Vinification  : vendange entière versée directement caisse par caisse dans le pressoir. Débourbage à basse température durant 12 à 24 heures puis vinification en ½ muids de 500 litres avec contrôle de températures.
Élevage  : 12 mois en ½ muids de 500 litres. Soutirage et assemblage 6 semaines avant la mise en bouteille.
Style : « Le nez séduit par ses parfums de fruit blancs pochés et de verveine. Délicate, juste et maîtrisée, sa longueur est saisissante » (RVF, juin 2016)
Télécharger la fiche technique Crozes-Hermitage « Accroche Cœur »

Accroche cœur. Lorsque la vigne pousse, les feuilles se forment, l’extrémité de la plante est ponctuée de petites vrilles semblables à des « accroche cœurs ».

Le terroir
Histoire  : autrefois consacré aux cultures fruitières, le vignoble s’est développé plus récemment que son voisin l’Hermitage. L’AOC Crozes-Hermitage date de 1937.
Géographie  : plus grand vignoble des appellations septentrionales, l’appellation s’étend sur 11 communes de la rive gauche du Rhône, pour une superficie avoisinant les 1 500 hectares.

Sols  : alluvions fluvio-glaciaires, galets roulés du Rhône et lœss.
Climat  : continental modéré avec des étés chauds et secs et des pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Syrah.
Âge des vignes  : moins 10 ans.
Taille  : cordon de Royat sur fils.
Densité : 5 500 pieds/ha.

La cave
Vinification  : vendange éraflée. Passage sur table vibrante puis acheminée en cuve par tapis. Macération durant 15 jours.
Élevage  : 12 mois en fûts et ½ muids de 600 litres. Soutirage et assemblage 6 semaines avant mise en bouteille.
Télécharger la fiche technique Côte-Rôtie « Belle de Maïa »

Cette cuvée issue de vieilles sélections massales n’est produite que lorsque le millésime le permet.

Le terroir
Histoire  : Pline l’ancien et Plutarque célébraient les vins de ce vignoble sous le nom de « vin viennois ». Les premières références à la Côte-Rôtie remontent au vie siècle. La réputation de ce vin n’a cessé de croître durant le Moyen-Âge et la Renaissance, jusqu’à le retrouver sur beaucoup de tables princières d’Europe. Le vignoble atteint son apogée en 1890. Le phylloxera et la Première Guerre mondiale le firent presque disparaître. Il renaît dans les années 1960 sous l’impulsion de vignerons entreprenants et convaincus du potentiel de l’appellation. L’appellation couvre 283 hectares en production. Elle s’étend au sud de Lyon sur la rive droite du Rhône et sur 3 communes : Saint-Cyr-sur-Rhône, Ampuis, Tupin-Semons.
Sols  : terrasses granitiques recouvertes de gneiss, d’argile et d’oxyde de fer.
Climat  : continental modéré, sec et chaud l’été, pluies régulières les autres saisons.

La vigne
Cépage  : 100 % Syrah.
Âge des vignes  : plus de 60 ans.
Taille  : gobelet sur échalas.
Densité : 10 000 pieds/ha.

La cave
Vinification  : vendange non éraflée, puis triée sur une table vibrante et acheminée en cuve par un tapis roulant. Macération pendant une vingtaine de jours en demi-muids de 500 litres.
Élevage  : 24 mois en fûts et demi-muids de 500 litres. Soutirage 6 semaines avant la mise en bouteille.

Le vin
Style : « Vin très droit avec une touche de mine crayon qui perdure dans une matière guidant un peu l’expression du fruit. Fruit et élevage doivent encore se mêler intimement. Belle fraîcheur » (RVF, juin 2016)
2015 est déjà annoncé comme un grand voire un très grand millésime. A l’inverse des deux précédents, c’est la précocité et l’excellent état sanitaire que l’on retiendra cette année. En effet c’est la première fois depuis que le domaine existe que nous terminons nos vendanges en septembre. (Pour mémoire en 2013 nous avions débuté le 3 octobre).
L’hiver n’a pas été très rude mais assez long et pluvieux. Les réserves hydriques se sont bien constituées. Le printemps très ensoleillé et chaud a fortement accéléré le cycle végétatif. La floraison précoce s’est bien déroulée et la chaleur a accentué l’avance que nous avions.
Juillet a débuté par une première vague de chaleur et quelques semaines de canicule. Malgré des températures élevées, la vigne n’a pas trop souffert mais elle s’est mise en sommeil. Le mois d’aout s’est poursuivi sur les mêmes bases. Nous avions tous en mémoire le millésime 2003, ultra précoce avec des vendanges débutées mi aout. Heureusement quelques averses de pluie notamment sur côte rôtie nous ont permis d’attendre septembre pour démarrer la campagne.
2015 est un millésime qui divise les vignerons en deux catégories : ceux qui voyant les degrés monter et les acidités chuter ont décidé de vendanger très tôt même si les peaux et les pépins semblaient durs et la maturité phénolique n’était pas tout à fait atteinte, et ceux qui ont attendu, prenant le risque d’avoir des degrés élevés.
Nous avons fait le choix de vendanger sans tenir compte de l’ordre habituel qui consiste à commencer par les blancs puis enchainer par les rouges. Nous, avons débuté par une parcelle de jeunes vignes de rouge le 4 septembre, puis enchainé avec des condrieu le 7. Nous sommes repartis vendanger une parcelle de cote rotie le 15, puis nous avons coupé à nouveau des blancs pour terminer nos st joseph rouges le 24 septembre. L’épisode pluvieux que nous avons connu le week end du 20 septembre n’a pas entaché l’état sanitaire des raisins.
Sur les blancs les quantités sont un peu faibles car les peaux étaient très épaisses et le rendement en jus très bas. Pour les rouges les quantités sont tout à fait correctes. Les jus sont très intenses et les aromes de fruits noirs et rouges très présents dans la cave. La couleur est très soutenue et les tanins déjà souples. Même si l’acidité totale n’est pas très élevée, les équilibres sont très prometteurs.
2013 est un vrai millésime de vigneron. En effet, c’est la première fois depuis que nous sommes installés que nous avons des conditions aussi délicates.
Après un printemps frais et humide nous avons eu un mois de juin très pluvieux et froid. Ceci a provoqué de nombreuses coulures au moment de la floraison et surtout un retard important dans le cycle végétatif. Ces conditions difficiles ont eu pour effet peu de sortie de raisins sur les ceps.
Juillet a débuté par une première vague de chaleur qui s’est enchainée sur le mois d’aout. Cet été chaud et sec nous a permis de reprendre confiance et de récupérer une partie du retard accumulé. La véraison s’est produite vers le 15 aout nous indiquant des vendanges début octobre.
Heureusement le mois de septembre ensoleillé nous a permis d’atteindre octobre avec un bel état sanitaire. Nous avons débuté les vendanges le 3 octobre sur la parcelle de crozes Hermitage puis le lendemain nous avons ramassé nos parcelles de Condrieu. Hormis un jour de pluie pendant toute la durée des vendanges nous avons tranquillement terminé le 18 octobre par une magnifique journée ensoleillée.
Toutes les parcelles de blancs ont été vendangées entre le 4 et 13 octobre avec un bel état sanitaire mais des quantités faibles (environ -20% par rapport à 2012). Les vins sont assez aromatiques mais la fermentation malolactique n’a pas encore débuté (25 janvier 2014), par conséquent il est un peu tôt pour se prononcer. On constate cependant de beaux équilibres.
Pour les rouges, les vendanges se sont déroulées du 3 au 18. Les quantités très limitées (-30% sur nos st joseph) ont permis une belle concentration et une bonne maturité. A la dégustation les vins sont très denses, l’équilibre entre l’intensité aromatique et les tanins fermes, laisse présager un grand millésime.
2012 est un millésime de record. En effet, à Chavanay où nous sommes installés, nous avons enregistré 0 mm de pluie en février, du jamais vu depuis 1949 et 259 mm en juillet, ce qui n’était pas arrivé depuis plus de 50 ans. La vigne a du s’adapter à ces brusques changements et aux quelques orages de grêle que nous avons subi la semaine du 14 juillet sur nos saint- joseph.
Heureusement, les mois d’aout et septembre ont été une fois encore magnifiques, permettant une belle maturité des raisins. Les vendanges se sont déroulées du 20 septembre au 20 octobre avec comme point commun des bonnes maturités phénoliques et des degrés alcooliques très souvent inférieurs à 13°.
Les vins blancs sont très aromatiques et les rouges vraiment digestes et très gourmands. Avec leur fruité intense, il faudra veiller à un élevage très délicat pour garder ce plaisir immédiat.
2011 est un millésime assez généreux. En effet, la nature a compensé les petits volumes de 2010 par de belles sorties de raisins. Un début de printemps particulièrement précoce augurait une vendange début septembre, voire même fin août pour certains secteurs. Mais un été maussade et humide a déjoué les pronostics.
Heureusement, une fin de saison chaude et ensoleillée a permis une belle récolte. Ces changements climatiques brutaux ont donné des maturités très hétérogènes selon les parcelles. Il a donc fallu prendre son temps et vendanger par petites touches.
Les blancs ont débuté au domaine la dernière semaine de septembre.
Pour les rouges, l’amplitude était plus grande puisque les premiers raisins sont rentrés au chai le 22 septembre et que les derniers ont été coupés le 15 octobre.
À la dégustation, les syrahs expriment déjà un fruit et un croquant qui rendra probablement les vins accessibles plus rapidement que les 2009 ou les 2010.
Les blancs se révèlent fruités et digestes avec des degrés souvent inférieurs à ceux habituels dans notre région.
2010 est un millésime tout en équilibre très représentatif des vins du Rhône septentrional. Le cycle végétatif a bien débuté nous préservant ainsi des pressions de mildiou ou d'oïdium. Malheureusement, la fleur s'est déroulée entre le 15 et le 20 juin sous des conditions climatiques dignes d'un mois d'octobre : pluies et températures fraîches. Ce qui a provoqué des coulures importantes avec pour conséquence une perte de rendement d’environ 30 % sur certaines parcelles. Heureusement, l'été a été ensoleillé et assez sec. Ensuite, septembre et octobre ont été splendides, nous permettant de vendanger vers le 10 octobre des raisins magnifiques, d'une excellente maturité.
Quant aux blancs, ils se révèlent fruités et digestes avec des degrés souvent inférieurs à ceux habituels dans notre région.
2009 est un millésime chaud et ensoleillé. Le cycle végétatif s’est déroulé aisément préservant ainsi la vigne des pressions de mildiou ou d’oidium. Après un début d’été chaud et sec, les quelques pluies fin août ont été accueillies avec plaisir. Ensuite, un mois de septembre splendide a permis une récolte saine et abondante, d’une excellente maturité.


Agrandir le plan

Pierre Jean Villa
5 route de Pélussin • 42410 Chavanay
04 74 54 41 10
contact@pierre-jean-villa.com

Visite sur rendez vous

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Sachez apprécier et consommer avec modération
mentions legales - credits
Mentions légales